Pourquoi le secteur du maintien à domicile est-il essentiel à notre société ?

 Ce que nous révèle et confirme cette crise.

 
La crise sanitaire du COVID 19, avec les mesures du confinement imposées depuis le 16 mars, a concerné évidemment les activités de bien-être et de maintien à domicile des seniors.
Depuis mi-mars, les Services d'Aide et d'Accompagnement à Domicile dédiés à l’assistance aux seniors sont en première ligne et participent fortement à la gestion de cette crise.
Voici 3 convictions et le témoignage d’un acteur du secteur que nous souhaitons vous partager.

 

S’occuper des personnes et des plus fragiles est un enjeu de société.

La crise inédite que nous connaissons remet l’homme au premier plan et au centre des enjeux de nos sociétés. C’est un moment unique où la majeure partie des pays est à l’arrêt car s’occuper des personnes âgées et des plus fragiles, est plus important que les enjeux économiques.

Protéger et prendre soin des personnes est essentiel.

Les services à domicile sont la première réponse au défi de la dépendance.

Le premier constat est sans appel : l’épidémie du COVID19 frappe en priorité les seniors. Les personnes de plus de 70 ans représentent près de 60 % des personnes hospitalisées pour COVID. Au 11 mai, plus de 80% des personnes décédées ont plus de 70 ans1, avec une mortalité qui s’accroît progressivement dans les lieux où sont rassemblés les personnes âgées.

Le propos ne se veut aucunement une critique sur les « maisons » pour personnes âgées. Mais le fait est là : la concentration de personnes âgées sur un seul lieu, dans les conditions actuelles, se révèle être un risque plus fort en cas de crise sanitaire ou autre.

Si l’on considère une personne âgée dans son intégrité, on doit être capable de respecter son choix de lieu de vie. Les seniors veulent, en très grande majorité, rester chez eux ; ils rejoignent les pouvoirs publics qui prônent eux-aussi, au sein des multiples rapports d’experts depuis des années, la solution du domicile.

Tous ne pourront pas y rester, les soins sont parfois trop lourds pour les pratiquer à domicile. Mais il faut absolument partir de ce préalable - permettre aux seniors de rester, s’ils le veulent, le plus longtemps chez eux et ensuite envisager les solutions complémentaires que sont les EHPAD et autres établissements médicalisés. 

Le besoin est important : selon l’INSEE, le nombre de personnes de plus de 70 ans va passer de 9 millions en 2019 à 10.5 millions en 2025 et 12 millions en 2030. Spécifiquement, le nombre de seniors en perte d’autonomie devrait passer de 2,5 en 2015 à 3 millions en 2027.

Le secteur du maintien à domicile est un maillon essentiel à la protection et au bien-être des seniors et des plus fragiles.

Depuis mi-mars, les Service d'Aide et d'Accompagnement à Domicile (SAAD), dédiés à l’assistance à la personne des seniors, sont en première ligne et participent activement à la gestion de cette crise, principalement dans l’aide aux personnes confinées à leur domicile et dans la prise en charge des sorties d’hospitalisation.

Les intervenants au domicile des seniors, auxiliaires de vie, responsables de SAAD déploient énergie et dévouement pour continuer à aller chez leurs clients, pour les soutenir dans leur quotidien et les aider à traverser cette période.

C’est la démonstration que ce secteur du maintien à domicile des seniors et personnes fragiles, du « Prendre soin » est vital. C’est un maillon essentiel à la protection et au bien-être des seniors et des plus fragiles, à côté et en relation avec les métiers du soin.

Le témoignage Âge d’Or Services de Bordeaux Ouest

Philippe ALBERT, franchisé Age d'Or Bordeaux Ouest

Philippe Albert, est franchisé Age d’Or Services depuis le 1er janvier 2018.

Après une carrière d’ingénieur, il a fait le choix de s’investir dans ce nouveau projet professionnel pour donner du sens à sa carrière et aider les personnes dépendantes.

Quel sens cette crise sanitaire donne à votre métier ?

Notre métier, c’est d’accompagner et d’aider le maintien à domicile des seniors. Aujourd’hui, comme hier et comme demain. Si j’étais déjà convaincu avant la crise que notre métier est d’utilité publique, notre rôle semble renforcé aujourd’hui. Cela démontre plus que jamais qu’il y a besoin de personnels qualifiés, compétents et volontaires pour accompagner le maintien à domicile. J’espère que les événements permettront de mieux reconnaître notre profession, malheureusement assez peu connue et considérée.

Quelles sont les priorités sur lesquelles vous vous êtes concentré ?

Notre objectif est et a été d’assurer la continuité du service et de prioriser les actes essentiels de la vie. Nous nous sommes concentrés, dans un premier temps, sur toutes les tâches qui permettent de gérer le quotidien d’une personne dépendante, comme l’aide au repas, à la toilette, les transferts…

En cette période particulière, nous intervenons plus d’habituellement, pour des prestations de sortie d’hospitalisation. Par exemple, une assistante sociale nous a sollicité pour prendre en charge une sortie d’hospitalisation comprenant une stimulation à la marche, l'accompagnement au bras de la personne.

Une belle histoire à nous raconter en cette période difficile ?

J’ai pu constater ces dernières semaines des actions solidaires au sein de mon équipe. Des intervenants sont prêts à réaménager leur planning si un collègue est absent le soir, les week-ends… afin que nos aînés puissent continuer à profiter de l’accompagnement dont ils ont besoin. On sent l’implication de chacun en cette période difficile. Les auxiliaires de vie comprennent l’importance de leur rôle et se sentent encore plus investies. Cette crise fait émerger de belles valeurs, telles que le sens des responsabilités, l’esprit d’équipe et la solidarité.

source Le Monde du 05 Mai 2020.

Entreprendre dans le secteur de l’aide à domicile pour les seniors, c’est choisir d’entreprendre dans un secteur essentiel à notre société.

Renseignez-vous.

Lire aussi nos articles

Contact Service Client